HantuHantu

par hantu

Arbo Recov1 900
Arbo Recov3 900
Arbo Recov2 900

Arboretum Recovery

(English follows)

Existe-t-il une solidarité entre Plantes et Humains ou bien ne sommes-nous que des prédateurs ?
Aujourd’hui en évoquant le changement climatique bien souvent les dangers semblent à la fois réels et diffus, paralysants et abstraits. Or nous subissons ou nous nous infligeons une maltraitance comparable aux sévices que nous causons aux arbres et autres plantes. Cette triste commune expérience nourrit chez certains humains le désir de communiquer avec leur environnement végétal. Dans une relation symbiotique nous apprenons et réapprenons enfin à engager un véritable dialogue avec les plantes.

La performance Arboretum-recovery met en scène vingt interprètes-performers dotés d’excroissances, d’attelles ou d’implants végétaux, qui viennent prolonger leur corps en prenant appui sur leur boîte crânienne, leur colonne vertébrale, leur bas ventre ou poitrine…
Ces vêtements-prothèses en fibres naturelles (coton) permettent d’accueillir la sphaigne végétale, la terre et les plantes. Les performers évoluent en extérieur au contact direct des végétaux environnants et expérimentent le temps de la performance une proximité physique et conscientisée entre un point de leur corps et les plantes qu’ils portent.

Cette performance collective accompagne un travail expérimental réalisé par Hantu, qui consiste à devenir support à la germination de plantes et à faire pousser des végétaux à même la peau. Ce travail, réalisé en relation avec des
biologistes (biologie végétale et biologie humaine), envisage la confrontation entre l’organisme humain, son écosystème, son microbiote et des organismes végétaux.

Hantu (Weber+Delsaux),
Arboretum-recovery,
2019.

La performance Arboretum-recovery appartient à une série initiée en 2014, Hantu#5 Corps et arbre, qui fait écho au rite mortuaire revisité des arbres-tombes Toraja (Sulawesi). Développée dans des contextes très différents (France, Indonésie, Egypte…), cette série évoque les liens que nous entretenons avec les espèces végétales, de notre vivant et à notre mort.

 

Arboretum Recovery

By Hantu (Weber+Delsaux)

Is there solidarity between plants and humans, or are we just predators?

Today, by referring to climate change, in many cases, the dangers seem both real and diffuse, paralyzing and abstract. However, we inflict abuse upon those in our society who are most fragile in a way that is comparable to the abuse we cause to trees and other plants.

In some humans this sad common experience feeds the desire to communicate with their plant environment. In a symbiotic relationship we finally learn and relearn to engage in a real dialogue with plants.

The performance Arboretum Recovery stages twenty performers provided with growths, splints or plant implants, which extend their skull, spine, lower stomach or chest…

These natural fibre (cotton) prosthetic garments are suitable for plant sphagnum, soil and plants. Performers evolve outside in direct contact with the surrounding plants and during the performance they experience a physical and conscious proximity between a point of their body and the plant they are wearing.

This collective performance by Hantu accompanies an experimental work that consists of becoming a support for the germination of plants, to grow plants on the skin. This work, done in relation with biologists (plant biology and human biology), considers the confrontation between the human organism, its ecosystem, its microbiota, and plant organisms.

 

The performance Arboretum-recovery belongs to a series initiated in 2014, Hantu # 5 Body and Tree, which echoes the revisited death ritual of Toraja Tomb trees (Sulawesi). Developed in very different contexts (France, Indonesia, Egypt …), this series evokes the links we have with plant species, during our lifetime and at the time of our death.

hantu
À propos hantu